Les Météores

Les Météores

« Aie aie aie ouille, j’ai mal aux jambes ». Réveil pas facile en ce lendemain de randonnée… Heureusement que Cricri fait des pancakes de la victoire pour rattraper les repas chelou de la veille. De plus cela fait du bien de passer une vraie nuit sans personnes qui allume sa frontale en pleine tête. Forcément ce matin, nous sommes au ralenti. Nous terminons de ranger ce qui ne l’a pas été la veille (Peu de choses en définitif vu que cricri a assuré en rentrant) puis séance visionnage photos de cette belle aventure de l’Olympe qu’on est content d’avoir vécu et partagé tout les deux. Vers 15h, nous faisons le plein de GPL utilisé pour cuisiner, le chauffe eau et le chauffage. C’est la première fois depuis notre départ de Lorraine mais là il était temps. 12€ pour 2 mois d’autonomie c’est vraiment excellent ! Nous retournons à Litochoro pour satisfaire une grosse envie de tzatziki. Depuis notre arrivée en Grèce on adore les restaurants car c’est sur le principe du partage. Tu commande plusieurs plats qui arrivent au milieu où chacun picore à son rythme. Ça permet de tester plein de plats différents. La découverte du jour : une espèce de purée d’aubergine avec tomates et fêta cuitent. Miam miam miam.

En guise de digestion : 2h30 de route jusqu’au site des Météores. Bon c’est pas la partie la plus optimisée du parcours car c’est un peu un A/R dans les terres mais bon c’est les aléas de la préparation à la dernière minute… Lorsque nous rentrons notre destination dans le GPS, celui-ci ne nous fait pas passer par la route que nous pensions. On s’arrête donc dans un petit chemin pour regarder ça de plus près. Vu que nous sommes en mode sans péages, il faut parfois être vigilant. Rapidement, un monsieur sort de chez lui pour nous aider et au final il nous fait des dessins et écrit tout le trajet sur notre cahier. Vraiment trop gentil. A tel point que nous avons même une invitation à prendre le café chez lui… Avec tout ça nous arrivons un peu tard, il fait déjà nuit. Vu que nous ne prenons pas les autoroutes, les trajets sont assez épuisants. Nous sommes contents lorsque nous nous posons.

Aujourd’hui c’est une vraie journée off et ça tombe bien parce que dehors c’est tout couvert avec de la pluie par intermittence. Vu qu’on a plus de 8 jours d’articles en retards (c’est à dire toute la Grèce.), on se met au boulot : trie de photo et écriture. C’est également l’occasion pour Solène de dessiner une étagère dont nous avons envie. Et puis honnêtement, rien que le trie de photo ça nous occupe bien la journée. Le soir venu, nous hésitons à bouger pour observer le couché le soleil. Seulement, le ciel est encore bien chargé et surtout nous avons eu la visite de plusieurs autres campers à la recherche de spot. Nous préférons donc garder notre emplacement dodo. Demain on se lève tôt…

En effet, réveil à 7h de mat, nous ne prenons pas la peine de petit déjeuner car nous voulons assister au levé de soleil sur les monastères. Et vu que ceux-ci n’ouvrent qu’à 9h, on aura le temps entre les 2. Pour ceux qui n’ont jamais entendu parler des météores, il s’agit d’un ensemble de monastères encore en activité construit il y a plusieurs siècles à même la roche.   Les premiers points de vue sont à même pas 10 minutes en voitures. Ah oui, on a opté pour une visite en caisse vu qu’on est hors saison et surtout que les jambes tirent encore suite à l’Olympe. Dehors règne un vent glacial alors on s’habille pour aller sur un grand rocher-point-de-vue.

C’est beau et un peu mystique. Les rayons du soleil passant au dessus des montagnes éclairent au fur et à mesure les monastères perchés sur leur éperon.

6 monastères sont actuellement ouvert aux visiteurs. Pour nous ce sera tout d’abord le grand monastère des l’ouverture. Une fois garé, nous prenons enfin notre petit dej en attendant 9h. Nous sommes pratiquement les seules sur le parking lorsque tout d’un coup, quelques minutes avant la dite ouverture, celui-ci est envahie en un rien de temps. Voitures et bus déversent une centaines de personnes alors que nous sommes hors saison. C’est plutôt impressionnant et on imagine pas ce que cela doit être en plein mois d’août. Quelques centaines de marches mènent au monastère lui même. 1 seul personne gère les entrées, il y a donc un peu foule. Après s’être acquitté des droits d’entrée (3€ / personne), nous sommes surpris de constater que finalement on ne se rend pas trop compte de la foule présente. Les bus ont droits à des visites guidées au pas de courses donc c’est en troupeau qu’ils se déplacent et on peut facilement les éviter.

Lorsque nous pénétrons dans la petite église, nous ne nous attendions pas à cela. Les murs et plafonds sont entièrement peint, c’est très impressionnant surtout au vu de la hauteur de la coupole. nous sommes sous le charme. Au final nous n’avons accès qu’à une petite partie des bâtiments, le reste étant réservé aux moines encore présents. Mais c’est plutôt bien fait car plusieurs expositions de tout type (costumes traditionnels ou religieux, parchemin / livre anciens, affiches de propagande WWII, crypte…) prennent place à différents endroits rendant la visite divertissante.

Au final nous aurons passé plus 1h30 dans ce mini labyrinthe perché sur son cailloux.

En ressortant, Magellan est presque piégé sur le parking tellement c’est l’anarchie. Des voitures et des bus sont garés un peu près partout et principalement sur de fausses places. Heureusement quelques chauffeurs de bus aident à la circulation . Nous nous mettons un peu à l’écart entre 2 monastères pour une petite séance de drone qui ne durera malheureusement pas très longtemps la faute au vent qui a tendance à s’engouffrer entre les montagnes rendant le vol un peu trop sportif.

Le deuxième monastère que nous avons choisit de visiter est beaucoup moins fréquente mais plus petit. En gros le grand monastère est le plus jolie, du coup, les tours ne visitent que celui-là. Mais ce deuxième monastère possède une cour centrale bien plus ouverte permettant d’admirer le bâtiment où réside les moines qui est très jolie.

Honnêtement une fois qu’on en a fait 2, on peut arrêter les visites car ils se ressemblent tous. Mais par contre, rien que d’arpenter la route entre eux, c’est magnifique. Pour repartir, nous empruntons la route en contrebas des monastère histoire d’avoir une vue différentes (même si nous aurons préfère les vues du dessus).

Au final, c’est un site qui vaut vraiment le détour car très différent de tout ce que l’on a vu avant. Nous avons adoré. Il est maintenant temps de faire route arrière jusque Volos en repassant par Larissa. Nous aurions aimé faire quelques courses mais nous sommes dimanche et comme en France, tout est fermé. Nous arrivons à destination en milieu d’aprèm et en profitons pour nous poser sur la plage à lire au soleil et observer un jeux de balle totalement inédit… Pour être honnête on a même pas compris les règles…

C’est bon d’en profiter.

Le soir, direction le centre ville et ces rues animées. Nous nous faisons la réflexion que cela fait quelques temps que nous n’avions pas vu de grande ville. On mange sur le port un bon burger (le premier du trip) avant de retourner au camion en longeant la mer.

Il y a sur notre chemin un petit concert et un marché de producteurs locaux ou nous allons flâner pour finir la soirée. Demain retour à la nature pour quelques jours car Volos est le point d’entrée pour la péninsule du Pélion.

Pour voir d’autres photos, n’hésitez pas à vous rendre sur notre FlickR en cliquant ici !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *