La revanche du Triglav

La revanche du Triglav

Nous voilà de retour au Parc du Triglav et ce matin direction les gorges de Vintgar. Réveil matinal comme à chaque visite de lieux hautement touristique. C’est donc à l’ouverture c’est à dire 8h que nous nous garons aux gorges, enfin qu’un monsieur plutôt drôle et bien sympathique s’occupe d’indiquer où l’on doit se garer. Pour notre cas, chose assez aisée vu qu’il n’y a même pas 10 véhicules. La promenade consiste à longer les gorges sur des passerelles de bois. C.est vraiment jolie avec son eau limpide. Cela a du bon d’être matinal, on peut profiter du calme pour faire nos photos sans personnes d’autres dessus, sans provoquer de bouchons, sans pression quoi.

Ce calme ajouté à la présence de champs de cairns près de la rivière confère un côté mystique a ce lieu. C’est beaucoup plus long qu’à Tolmin et on a bien le temps d’en profiter. Au fil de notre avancée les gorges s’élargissent pour se terminer avec une grande cascade. On est ravie.

Le parcours étant en aller-retour il est maintenant temps de jouer des coudes pour le retour. C’est nettement moins agréable car littéralement des cars de touristes et des dizaines de voitures sont arrivés entre temps pourtant il n’est que 10h… On a encore une fois visé juste. En revenant au camion on se fait aborder par un couple de français nous demandant où nous avons passé le nuit avec notre camion car eux, se sont fait réveiller avec une amende. On se dit que pour le moment on choisit vraiment bien nos spots. Pour la suite de la journée, direction Bled pour une ballade autours du Lac et une pâtisserie spécialité en guise de récompense. Et malheureusement comme à Bohinj on est un peu frustré. Pas moyen de se garer. On ne parle même pas de place gratuité car tout est payant (avec une tarification unique à la journée…)mais tout est complets ou interdits au camping car par une personne a l’entrée qui barre le passage… Vu que les campings sont également complets, de nombreux véhicules errent autours du lac ne sachant plus trop quoi faire. On décide de ne pas insister avant de perdre définitivement patience. On s’autorise quand même un stop photo, stationné en warnings à moitié dans un champ pour immortalisé ce magnifique lac mais pas à notre portée.

Direction maintenant la montagne et le cœur du Parc du Triglav : Pokljuka en espérant vraiment un peu plus de tranquillité. On fait chauffer Magellan pendant ces 20km de montée nous amenant à 1300m d’altitude. Nous voilà en plein milieu de la forêt ou seul les randonneurs font l’effort de venir. Il y a même De grand parkings gratuits où il est facile de se garer, ça fait du bien. On passe la fin d’après midi chocolat chaud à la main (bah ouais il fait bien plus frais en altitude), à regarder des biathletes s’entraîner sur le pas de tir et en ski a roulettes. Il faut dire que le lieu accueille des manches de la coupe de monde de biathlon et comme nous avons suivis assidûment la saison, on est en terrain connu.

Pas de Martin ou de Juju en cette saison

On profite également pour préparer nos affaire pour la randonnée du lendemain ou l’on sera bien chargé vu qu’on part en bivouac. On échange au passage avec des grecs se lançant à la conquête du sommet et qui nous confirme que c’est vraiment galère avec le monde. Ils n’ont pas vraiment eu le choix de leur itinéraire mais ont fait en fonction des places dispos dans les refuges… Une bonne nuit bien bien bien au frais (avec toutes nos couvertures) où nous avons testé pour la première fois le chauffage (plutôt efficace d’ailleurs) et nous voilà d’attaque pour notre rando aventure.
Une fois le petit déjeuné avaler, on finit de Packer nos affaires (Et ouais ça en fait des affaires à prendre pour être autonome pendant 2j et 1 nuit. ) et nous voilà partie tout guilleret aux alentours de 9h30. Le début se fait sur une large piste forestière ou une bifurcation nous sépare rapidement de l’itinéraire du Triglav. On est vraiment tranquille sur les kilomètres suivant à travers la forêt jusqu’à un refuge atteint 2h plus tard.

On en profite pour faire une mini halte casse croûte avec une bonne grosse saucisse slovène fumée.

Mais le premier problème commence à pointer le bout de son nez. Nous pensions pouvoir faire le plein d’eau au refuge mais non. Pas d’eau de dispo hormis celle en bouteille.Et à 2€ le 1/2 L ça pique une peu (surtout que le refuge est accessible en 4×4). Puisqu’on a vu aucune source lors de notre montée on préfère assurer en achetant 1 L. Notre périple continu sur des chemins beaucoup plus caillouteux avec un peu plus de monde. Au fur et à mesure que la forêt s’éclaircit, le soleil cogne de plus en plus. Pas un nuage à l’horizon. Direction maintenant les crêtes laissant apparaître le Triglav en lui même.

On est surpris par autant de roche et aussi peu de végétation à cette altitude. C’est tellement pale que Cricri trouve même les paysages au loin comme enneigés. Premier sommet de notre journée à tout juste 2000m. Nous profitons de la vue à 360 qui nous est offerte pour prendre une bonne pause. On est plutôt bien.

1h plus tard, on reprend nos sacs pour longer la crête à travers une forêt de mini pins (mesurant 1 à 2m ) jusqu’au sommet suivant. De-la, une descente style escalade avec une ligne de vie se dresse à nos pieds et honnêtement avec nos gros sacs, c’est pas de tout repos. Suite à cela nous envisageons sérieusement de trouver un endroit pour notre bivouac qui constitue le deuxième problème de la journée. C’est plutôt compliqué de trouver un petit espace dégagé et encore plus plat sachant que le bivouac est bien évidemment interdit dans tout le parc même à proximité des refuges… Cricri part en repérage à droite à gauche en haut en bas pendant que Solène ramasse des pommes de pins pour une création future. Nous faisons malheureusement une croix sur notre bivouac avec vue sur le Triglav… Avant de redescendre un peu dans la vallée, nous profitons de cette heure tardive ou tous les randonneurs ont abandonnés les sommets pour nous poser et profiter de la vue. A cet instant nous sommes seul au monde. Il faut maintenant trouver un abri avant que la nuit ne tombe de trop. 10 minutes après avoir entamer notre descente, nous trouvons notre emplacement ideal, pas très long du chemin mais bien caché en contrebas derrière de gros rochers et quelques arbres. C’est parfait et on est trop content après les quelques moments de doutes auparavant. On aperçoit même des chamois et c’est allongé dans l’herbe, verre de thé à la main que nous terminons la soirée à regarder le ciel. Il est 22h, extinction des frontales.

Nuit…Jour

Réveil au milieu de la nuit pour une expédition pipi mémorable entourée de bruits d’animaux en tout genre. Au final réveil tranquille vers les 7h30 après une nuit bien trop fraîche au goût de Solene. Le temps de prendre le petit dej des champions (lait / flocons d’avoine / sucre chauffé ensemble) nous faisons sécher la tente grâce au soleil déjà bien présent. Nous prenons le temps du moment. Tout est fait aux ralentie au milieu des chants d’oiseaux.

Vers 9h, Une fois l’intégralité de nos affaires remballées et sans avoir vu personne, il est temps de lever le camp. Les problèmes d’eau de la veille sont toujours présents. Nos réserves affichent à peine plus d1/2 L. De retour au refuge nous avons les 2 options suivantes : 1. Acheter 2L d’eau et poursuive notre boucles des crêtes pendant 4-5h ou alors 2 reprendre le bois direction Magellan en 1h30. Finalement la décision sera vite prise à l’aide de la météo. Le soleil a laissé place à de vilains nuages bouchant complètement la vue. Encore une fois randonner pour randonner sans pouvoir apprécier les paysages ne nous intéresse guère. Après une petite pensée à nos voisins grecs au sommet dans les nuages nous reprenons la route dans les bois tel le petit chaperon rouge. Généralement les retours paraissent toujours plus long car on a hâté de rentrer. Notre retour ne fait pas exception à la règle malgré une petite séance de recherche de bâton parfait pour une autre futur création de Solène. Et c’est vers midi que nous sommes de retour à Magellan. Après un bon repas chaud mérité, il est temps pour Cricri d’enfiler son tablier d’homme d’intérieur : vaisselles, rangement des affaires et ménages dans Magellan. Pour Solène, en manque de sommeil après sa nuit glaciale, ce sera sieste réparatrice. Quelques rayons de soleil refont leur apparition en milieu d’après-midi permettant une bonne douche, la première depuis 3 jours…. Après un dernier check météo direction le nord du parc. Heureusement à chaque fois les étapes sont plutôt courtes et c’est à peine 1h plus tard que nous nous retrouvons à Kangjska Gora, petite localité de type station familiale de sport d’hiver à priori prisé par les sportifs. Y a des vélos dans tous les sens. On y fait les vidanges et le remplissage d’eau dans une aire gratuite puis c’est partie pour la montée du col de Vrsic et ses fameux virages en pavé. Après avoir admirer la vue offerte par les 1650m d’altitude, retour dans la vallée pour passer la nuit sur un parking gratuit en compagnie d’une trentaine de camping car. C’est pas notre meilleur spot mais la nuit fut calme, c’est déjà ça.

En ce mardi matin, le soleil brille fort. Parfait pour aller découvrir le petit lac de Jasna. Certes ce n’est pas de la taille de Bled ou Bohinj mais il a le don de nous réconcilier avec les lacs slovènes. Il s’agit d’un magnifique petit lac glacier entouré des montagnes. Il y a même un petit sentier ombragé qui relie le parking au lac.

Celui-ci est vraiment très beau avec cette eau qui reflète les montagnes. L’atmosphère est paisible, on s’y sent bien. Nous prenons donc bien le temps pour faire le tour. Pas de baignade ici car l’eau est vraiment trop fraîche. Seul quelques irréductible font le plongeons mais en combinaison. 

Après une mini exploration de la ville à la recherche de souvenirs, nous prenons la direction de Velika Planina. Enfin on s’en rapproche tout du moins. Avant de monter dans les alpages, nous faisons un stop blog (tri de photos + écriture de cette article) qui nous prendra 3 bonnes heures. On a également lit quelques informations sur Velika Planina et notamment de ne jamais y aller un 15 Août car il y a une cérémonie religieuse très prisé. Ça tombe bien, nous sommes le 15… On va donc pas se presser pour y monter.

Pour voir d’autres photos, n’hésitez pas à vous rendre sur notre FlickR en cliquant ici !!

3 thoughts on “La revanche du Triglav

  1. Super d’avoir pu faire votre rando/bivouac, même si ce n’est pas celle que vous aviez prévue au départ. Ne soyez pas trop déçus pour Bled, nous même début juin, il était déjà impossible de se garer autour du lac. Côté chaleur, Solène se rattrapera en Croatie et en Grèce! Bonne continuation. Bisous .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *